Poeta d’avui a Barcelona, Espanya

 

 

Alex Susanna

 

Pels Vials de la Facultat

 

Pels vials de la facultat s’apressen

amb aire capficat alguns alumnes

cap a les clares aules – radiants

de llum i fullatge tot a l’entorn –

on els espera en canvi un fosc saber...

Me’ls miro, mentre avanço lentament,

i penso que potser en fan un gra massa :

no és tan amarg com creuen el verí

d’aquesta assignatura matinal

que els porta de corcoll des de fa mesos...

 

Hores després, quan la tarda ha caigut

i tot sembla arremolinar-se

cap a un vòrtex inexistent,

coincidim al restaurant per sopar.

Llavors són ells els qui em miren – cansat,

sorrut, amb un esguard girat del tot

cap endins, poc amic ja de paraules –

i furtivament deuen dir-se : aquest

bé s’ho podria prendre, ell que en sap tanta,

amb una mica més de filosofìa...

 

Perdut entre el seu aldarull,

la seva gresca animosa i creixent,

sóc com una illa d’aparent serenitat

on no arriba, però, cap nàufrag...

Ells viuen més que mai en els extrems

mentre que per a mi ja no existeixen

gaires diferències: dolor i joia,

i feina i oci, s’han envaït mútuament

fins arribar a confondre’s

i gairebé ser una mateixa cosa...

 

Incapaç ja de trasbalsos,

de grans canvis que em revifin

o m’enfonsin definitivament,

sumit per sempre més en el corrent

implacable del temps tants de cops explicat,

em retiraré d’hora i no veuré

com s’encenen i s’estimen, com cauen

i es redrecen, com la vida els enganya,

lenta i manyaga, convençuts encara

del poder desilliurador dels seus actes.

 

 

 

Poète d’aujourd’hui à Barcelone, Espagne, écrivant en catalan ; dont les poèmes de son livre PRINCIPE DU FROID ont été traduits en français par un séminaire de traduction composé par : Claude Esteban, Joseph Guglielmi, Rémy Hourcade, Tita Reut et Emilio Sánchez Ortiz.

 

Alex Susanna

 

Dans les Allées du Campus

 

Dans les allées du campus se presse,

l’air absorbé, un groupe d’étudiants

vers les salles claires – rayonnantes

de lumière et de feuillages alentour –,

les attend par contre un savoir obscur...

Je les regarde, j’avance lentement,

et je trouve qu’ils en font un peu trop :

il n’est pas si amer qu’ils le croient

ce venin, ce cours du matin

qui leur prend la tête depuis des mois...

 

Plus tard, quand le soir est venu

et que tout semble tourbillonner

en un vortex inexistant,

on se retrouve au restaurant à l’heure du dîner.

Ce sont eux alors, qui m’observent

- fatigué, bourru, mon regard tourné

vers l’intérieur, avare de mots –

et ils doivent marmonner entre eux : celui-là

il pourrait bien, lui qui sait tant,

prendre les choses avec un peu plus de philosophie...

 

Perdu dans un brouhaha,

leur vacarme exubérant, toujours plus fort,

je me sens comme un îlot de sérénité apparente

n’aborde pourtant aucun naufragé...

Ils vivent plus que jamais aux extrêmes

alors que pour moi n’existe guère

de différence : douleur et joie,

travail et loisir, se sont entremêlés

jusqu’à se confondre

et devenir presque la même chose...

 

Incapable de bouleversements,

de grandes révoltes qui me ravivent

ou qui m’enfoncent sans recours,

plongé à tout jamais dans le flot

implacable du temps, que de fois enseigné,

je rentrerai tôt, je ne verrai pas

comment ils s’enflamment et s’aiment, comment ils tombent

et se redressent, comme la vie les trompe

lente et malicieuse, encore convaincus

du pouvoir rédempteur de leurs actes.