Poeta di oggi in Tremensuoli, Italia

 

 

Pascuale Maffeo

 

Da prua

 

Scema per lunga notte

come la luna al navigante il sonno.

 

L’occhio di brace scruta nella veglia

la rotta che rimane, una lanterna

se vacilli a dire il porto. Laggiù

tacciono voci in fondo a un orto.

 

Miele cercó alle rughe della sete,

sorsi lucenti di peccato. Giorno

non è passato, tu sai falso maestro,

non un pensiero un estro in lui

che un dolo non avesse da occultare.

 

Ci fu equivoco, pensa, il malinteso

porta danno. Alla mano

un lontanare d’anno in anno, svampi

alla mente dentro l’orbita del niente.

 

L’arsura disfa la filaccia, sotto

i colori accende i fili della traccia.

 

Di suo libro : DICITURE

 

 

 

De la proue

 

Schéma pour une longue nuit, comme

la lune pour celui qui navigue, le sommeil.

 

L’œil de braise scrute dans la veillée

la route qui reste, une lanterne

hésite à éclairer le port. Là-bas

des voix se taisent au fond de l’aurore.

 

Je cherche du miel dans les rides de la soif,

des gorgées luisantes de péché. La journée

n’est pas terminée ; tu sais faux maître,

pas une pensée, pas un geste en elle

qui n’ait un dol à cacher.

 

On s’est trompé, pense-t-on, le malentendu

fait mal. À porté de la main

un éloignement d’année en année, s’échappe

de la mémoire dans l’orbite du néant.

 

La sécheresse défait le tissu, dessous

les couleurs remontent le fil des traces.

 

 

Version française du poème de Pasquale Maffeo, par Mariette Cirerol