Mariette Cirerol

 

Les cahiers de Manuel

Cahier 5 - Chapitre 6

 

María, María de la O, pas la mienne malheureusement, devient de plus en plus dangereuse. On dirait qu'une sorcière me jette des sortilèges et je la vois dans son trou noir quand je joue, en train de préparer sa potion. Perché sur son épaule, un corbeau, laid et énorme, lui dicte la recette. Elle doit éprouver grand plaisir à s'occuper de la sorte, parce qu'elle se met à rire si fort qu'elle me fait frémir. Les notes s'égrainent sous mes doigts en sonnant de plus en plus fort; quand, tout d'un coup, j'arrête de penser à la sorcière et c'est le pain de Ronda qui me revient à la mémoire. J'en éprouve de la rancoeur, presque de la rage, et je chasse vite cette image qui ne fait  que m'embrouiller et n'a rien à voir avec ce que je veux obtenir... Il faut que je pense à l'AMOUR SORCIER... Ça y est, j'ai réussi à me situer de nouveau dans la grotte avec la sorcière et je la regarde faire. Elle brasse, elle brasse ... puis, elle se remet à rire si fort que les murs en tremblent. Ensuite, elle laisse tout tomber et elle s'en va; elle s'en va peut-être chercher quelque ingrédient pour terminer son breuvage... Tout est tranquille dans la grotte , on n'entend que le crépitement du feu de bois... Soudain, on aperçoit un bruit de pas... Est-ce la sorcière qui retourne ? ... Mais non, ce n'est que Candela, une gitane qui n'a rien à voir avec les deux Maries que j'ai mentionnées, mais qui pourrait pourtant fort bien être l'une d'elles; je suppose que vous imaginez laquelle... Elle entre. Et savez-vous pourquoi? Elle entre parce qu'elle veut demander une potion magique à la sorcière, pour que son ami,  qui ne la regarde qu'à peine, s'éprenne d'elle à la folie... "Ah la perfide ! Elle veut m'attraper, mais elle ne m'aura pas ! Je vous le promets"... La sorcière n'est pas là; c'est bien fait pour elle ! ... Mais elle n'est pas contente, la coquine; elle ne s'attendait pas à ça ! ... Elle se met à inspecter la grotte et arrive dans le coin où le breuvage est en train de mijoter. Elle voit une grosse cuillère en bois sur le rebord du mur, à côté du feu. Elle la prend et remue le contenu de la marmite; puis, la porte à la bouche pour le goûter. Cependant, elle se ravise "Et, si c'était du poison?"  pense-t-elle. Un chat dort sur une chaise non loin de là. Elle prend sa jatte, y verse un peu du contenu de la marmite et dépose le tout droit sous  le nez du félin: "Tu vois comme ça sent bon, minet! Goûte et donne-m-en des nouvelles" ... Alléchée par l'odeur, la bête s'étire, puis, lape vigoureusement ce qui lui est offert. Ensuite, elle regarde la gitane, comme pour lui en demander davantage; et, voyant que la jatte ne se remplit plus, elle se lèche les babines pour ne pas perdre les quelques gouttes qui y sont restées accrochées. Puis, elle se met à ronronner tout en se frottant contre les jambes de la jeune fille qui se dit: "Eh bien voilà, je l'ai trouvée, ma potion magique! ... Je vais en boire un peu et j'emporte le reste", continue-t-elle à penser en se disposant à partir avec la marmite. Mais des bruits de pas se font entendre. "Mon Dieu, la sorcière!?" ... Elle regarde par un trou du mur et ... qu'est-ce qu'elle voit? ... La silhouette de son ami qui s'approche. ... "Mais ... Comment? ... Lui aussi? ... Parce que c'est ici qu'il vient! ... Il n'y a pas de doute... Qu'est-ce que je vais faire, maintenant? ... Il faut que je pense vite, que je tire le meilleur parti de la situation... Ça y est, j'ai trouvé!" ...

Elle se remet à fouiller partout et découvre finalement l'endroit où la sorcière range ses habits. Vite, elle les endosse et se couvre le visage  avec le tulle du chapeau;  puis,  elle  replace  la marmite sur le feu et se remet à brasser de avec la grosse cuillère en bois. "Pom! pom! pom!",  son cœur bat la chamade dans sa poitrine oppressée par la crainte.

 

Son ami pénètre dans la grotte. Il est grand, élancé, avec une chevelure d'ébène et beau comme un dieu! ... Il ne me ressemble pas, mais alors pas du tout! Il a le corps que je voudrais avoir et que, malheureusement je n'ai pas. Lui, au moins, me dis-je, n'aura aucun problème avec les femmes ... Mais, ce n'est pas sûr!, car toutes les médailles ont leur bon et mauvais côté. Il est si beau, qu'en le voyant, la gent féminine se collera à lui comme un essaim d'abeilles sur un arbre fleuri, et cela doit être aussi incommode que difficile à s'en débarrasser... Je ne crois pas que j'aimerais ça... Il n'a pas l'air bien content, lui non plus. Il semble avoir des problèmes. Pourquoi si non, irait-il rendre visite à la sorcière?

 

Sans se douter du subterfuge, le gitan avance vers Candela et lui demande de bien vouloir l'aider. Alors, la belle amoureuse qui lui tournait le dos, prend son courage à deux mains et se retourne. Puis, se sentant protégée par le tulle noir et épais qui lui couvre le visage, elle lui dit d'une voix qu'elle veut méconnaissable:

 

- Sois sans crainte, gitan, je connais tes besoins et je t'ai préparé une potion qui va te rendre la joie de vivre. Ne bouge surtout pas, et regarde!: Je vais danser pour conjurer le mauvais sort, afin que le bonheur descende sur toi et que tes vœux soient exaucés.

 

Et elle se met à danser en faisant onduler les hanches et en prononçant des mots magiques. Ses lèvres rouges, que l'on devine  sous  le  voile,  tremblent de désir.  Elle tourne autour de  lui, l'enveloppant d'effluves manant de son amour latent, l'enivrant de son parfum, dévoilant dans ses mouvements, comme par inadvertance, des bouts de chair voluptueuse. Ensuite, elle lui donne à boire un peu de breuvage et s'en sert aussi. Il la prend par la taille et les voilà qui dansent, toujours plus serrés l'un contre l'autre, sentant la chaleur de leur sang les envelopper d'un invisible cocon, les isolant du reste du monde.

 

Tout à coup, on entend sonner les douze coups de minuit au clocher de l'église. Le jeune homme soulève le voile de sa compagne et, se rendant compte qu'il s'agit de Candela, il la serre contre lui et l'embrasse. Elle se laisse faire, elle ne désirait que ça... Ils se sentent heureux et s'échappent en courant pour commencer la nouvelle journée ensemble, loin des artifices de la sorcière.

 

Ils se cherchent un nid; et, là-bas, pour allumer encore davantage le désir du gitan, Candela exécute la danse du feu...

 

Manuel de Falla

Mariette Cirerol                 À suivre dans le prochain numéro

134