Ermitage du Rhône  (Condrieu)

 

La péniche alourdie remonte le fleuve

un petit matin d’hiver, pluvieux,

et la vie défile, dirait-on,

devant ces yeux qui osent la regarder.

Dans sa chambre d’hôtel

un voyageur tire le rideau,

il voit les eaux descendre, amplement,

et remonte, obstinée, une péniche

avec son poids de charbon entassé

sous les bâches vertes…

Il sait trop ce qui l’a mené ici,

un dimanche matin commençant,

mais il ne sait pas du tout ce que veut dire

cette image ancrée dans ses yeux,

qui peine autant à progresser

et aspire, immobile, au cœur du fleuve…

 

Nos jours aussi peut-être :

un vrai courant les entraîne

sans trop d’efforts vers la mer

mais de temps en temps surgit

provocante, une péniche,

qui le défie en quête

de môles inexistants.

 

 

De son livre : PRINCIPE DU FROID

Traduction collective du Catalan

 

 

Ermitatge del Roine (Condrieu)

 

Remunta el riu in feixuga barcassa,

una matinada d’hivern, plujosa,

en què la vida sembla desfilar

davant d’aquells ulls que gosen mirar-la.

Des d’una cambra d’hostal

un viatger descorre la cortina

i veu com baixen, amploses, les aigües,

i remunta tenaç una barcassa

carregada de tarters de carbó

sota les verdes lones…

Sap proa què l’ha dut aquí,

un recipient matí de diumenge,

però no sap gens què por voler dir

aquesta imatge ancorada als seus ulls,

que tant malda per avançar

i immòbil deleja al cor del riu...

 

Així potser els dies nostres :

un fort corrent se’ls endú

sense gaire esforç cap a mar,

però de tant en tant sorgeix,

porfidiosa, una barcassa,

que el desafia a la recerca

de dàrsenes inexistents.