Poète d’aujourd’hui à Kyoto, Japon

Koichi Yakushigawa

 

Monter, et encor monter

 

Version française du poème par Mariette Cirerol

 

 

Ça, c’est une vieille marche en marbre.

Une marche un peu plus haute pour moi,

un fardeau un peu plus lourd à porter,

autant pour monter que pour descendre

 

Je monte et je monte, et pourtant,

jamais je n’arrive en haut ;

je n’arrive qu’à retenir mon souffle,

à rester stable, à ne pas basculer.

 

Ma tête est pleine de marches à monter,

et je tiens à les monter toutes, car

en montant je me sens si comblé,

que j’en oublie par où je dois monter.

 

Ces vieilles marches sont interminables

et moi, je monte, je monte, je monte en silence.

 

 

 

La tour de Babel

 

Version française de Mariette Cirerol

 

 

Sur  la tour de Babel

la pluie tombe.

Les ruines sont plus sublimes

que la tour bravant le ciel.

Morts sans savoir pourquoi,

par la bombe suicidaire,

lancée au nom de la loi,

négligeant les droits.

Jihad?  Pourquoi?

Regardé dans l’encyclopédie,

regardé dans le Coran et dans la Bible,

trouvé aucune réponse.

Cependant,

reviennent à ma mémoire

des paroles semblables

nous entraînant dans la dernière guerre.

Oh, Jihad! Guerre sainte! Paix!

Sous ces mots,

nos pères et nos frères

sont morts dans la gloire.

Dieu confondit notre langage

à cause de la tour de Babel.

La pluie tombe

sur les tours,

sur la guerre sainte.

 

Le niveau spirituel

est devenu fou.