Écrivain poète d’aujourd’hui à Paris, France

 

Haïm - Vidal SEPHIHA

 

NÉBULEUSE DE LA MÉMOIRE

 

Un terrain vague. Un terrain vide ?

Pas si vide que cela ! Le vague à l'âme?

Oui, l'âme vague de la potence à la corde,

d'une pierre à l'autre, d'un débris à l'autre.

Les insomnies d'antan. La destruction,

L'instructure du futur.

Le vague à l'âme se fait tension, attention.

Des cheminées de la mort. Souvenirs de guerre,

souvenirs de meurtres, les meutes aboyantes.

Déportation, extermination.

La terre entière devenue terrain vague.

Le globe entier englouti sous les vagues destructrices.

Les yeux globuleux des globe-trotters figés dans leur trot.

L'annihilation, La désertification,

La désolation. Le NOMEN NESCIO.

La déshumanisation. L'anonymisation.

Ce N.N. traduit par Nacht und Nebel.

Nuit et Brouillard brouillant toutes cartes.

Mémoire fracassée, Mémoire dispersée,

Mémoire abîmée? Mémoire "vestigiée".

Vestiges de vies arrêtées, écourtées,

surprises dans leur élan.

Colonnes brisées de nos cimetières.

Excréments déshydratés. Ossements pétrifiés.

Vies desséchées. Désordre inextricable…

LE TERRAIN VAGUE. LA VACUITÉ.

Avec Baudelaire

" J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans".

Mon âme DIVAGUE.

 

Paris : 1990