Version française du poème de Nadia Cavalera

 

par  Mariette Cirerol

 

Tableau de Pilar Lasierra, peintre d’aujourd’hui à Málaga, Espagne

 

Lune chinoise

 

Le néant c’est toi, intime vertu,

centre sans point et sans confins.

J’espionne lentement dams le vide plein

et je m’attriste quand tout le monde

né aujourd’hui, me passe devant.

Et je crains pour mon nom.

Je me retrouverai dans mille mains et mille pieds

toujours émouvants.