Scrittori Poeti Italiani

___________________________________________

 

Pascuale Maffeo

 

LAPIDACIOPARTE 6

 

Alora apparve sul doloroso pianto delle donne e sul l’impietrato silenzio degli uomini

un angelo di Dio in semblananze di fanciullo. In una mano portava un giglio,

nell’altra la corona del rosario, La sua bocca versò luce di resurrezione.

 

ANGELO

 

Jubilate jubilate Crsto agli uomini è`tornato,

volle l’oro della paglia  quel  perdono che vi abbalia.

 

Jubilate afflitte donne simulacri di madonne,

di madonne addolorate, jubilate jibilate.

 

Nell’angoscia che vi mura va la dolce creatura,

luminosa la falcata fa la terra consacrata.

 

Lacrimate donne affrante lacrimate donne sante,

tra gli sterpi del dolore va l’agnello redentore.,

 

Jubilate lacrimate, vi sia tenero il cammino,

di quest’odio che vi avanza fate un obolo divino.

 

C’è una luce che vi fascia c’è un silenzio che vi annega,

c’è una voce che vi prega c’è una mano che vi coglie.

 

C’è una spada che vi segna c’è una croce sull’insegna,

c’è Gesù la rossa piaga quel suo fiotto che dilaga.

 

Per il cielo a nuovo giorno suona l’angelo il suo corno,

rinnovata è la passione va la morte in processione.

 

Jubilate jubilate splende l’arco su                                            

fermo al ciglio delle strade Cristo mangia coi pezzenti.

 

 

 

 

 

 

Version française de Mariette Cirerol

 

LAPIDATIONSIXIÈME PARTIE

 

Alors apparût parmi les pleurs douloureux des femmes, dans le silence de pierre des hommes,

un ange de Dieu sous les traits d’un enfant. Dans une main il portait un cierge, dans l’autre

la couronne du rosaire. Sa bouche  versa la lumière de la résurrection.

 

ANGE

 

Réjouissez-vous réjouissez-vous le Christ est revenu parmi nous,

plus que l’or scintillant de la paille qui le pardon vous éblouit.

 

Réjouissez-vous femmes affligées simulacres de madones,

de madones douloureuses, réjouissez-vous réjouissez-vous

 

Dans l’angoisse qui vous mure va la douce créature,

illuminant les clapotis de la terre consacrée.

 

Pleurez femmes offensées pleurez femmes saintes,

dans les transes douloureuses va l’agneau rédempteur.

 

Réjouissez-vous pleurez, que tendre vous soit le chemin,

changez cette haine qui vous ronge en obole divine.

 

Voyez cette lumière qui vous éclaire ce silence qui vous noie,

cette voix qui vous supplie cette main qui vers vous se tend.

 

C’est l’épée qui vous fait signe , une croix comme insigne,

c’est Jésus lc’est la plaie rouge, c’est son sang qui s’écoule.

 

Dans le ciel l’angélus claironne le jour nouveau,

renouvelant la passion la mort va en procession.

 

Réjouissez-vous réjouissez-vous l’arc resplendit sur les mourants

ferme au coin des rues le Christ mange avec les mendiants.

 

 

 

 

 

Marco Masetti

 

La verità è rivelata ai semplici

 

Dalla materia scaturisce il pensiero,

ma è la Parola che crea la materia.

 

La cosienza emerge a fatica

dalle grevi nebbie del fango,

ma è lo Spirito che la solleva

all’azzurro delle cime innevate.

 

All’esterno la mente rivolta

si affatica sui moti del mondo,

nega l’intimo Vero dell’uomo,

non corrotto dal flusso del tempo.

 

Sarà dato per lutto al sapiente

Quel che l’umile porta nel cuore.

 

 

Version française de Mariette Cirerol

 

De la matière naît la pensée

mais c’est la parole qui créé la matière.

 

La conscience émerge difficilement

de l’opaque lourdeur de la boue,

mais c’est l’esprit qui la soulève

jusqu’à l’azur des cimes enneigées.

 

Vers l’extérieur se tourne la pensée

plongeant dans les soucis mondains,

niant l’intime Vérité de l’homme

non corrompu par l’écoulement du temps.

 

Le savant subira le deuil

que l’humble porte dans son coeur

 

 

Lo Spirito, la materia, il nulla

 

Non dal nulla

la materia

poi lo Spirito

 

Version française de Mariette Cirerol

 

Pas de néant                                                      

la matière

puis l’Esprit

 

 

De son livre La veglia della ragione (novmbre 2007)